Enseignant
Formateur

Art graphique
Infographie

Denis CHRISTINE

Cours et atelier tout public

Encre, crayon, huile, gouache,... sur papier, carton, toile...
Expression libre, copie, interprétation
Infographie, photoshop®, vectorisation, web :
chromie, retouche, montage, optimisation...

Accueil > Book > Crayon, fusain et autres matières sèches > Brune

Enregistrer au format PDF Mon premier mélange crayon encre de Chine

Brune

Crayon et encre de Chine sur papier

Une des nombreuses copies de photo que je faisais à mes débuts.

Cela ne me rajeunit pas ! Nous devons être en 83 ou 84. À cette époque, je fais beaucoup de pochoir et du noir et blanc en dessin.

D’abord, que du crayon, mais j’avais envie de noir profond, absolu, alors, j’ai commencé à introduire de l’encre de Chine, et puis, plus tard, à faire des dessins uniquement à l’encre.

Brune

Je suis au lycée, et quelque chose m’ennuie profondément dans l’école, le manque de liberté, le droit restreint à penser par soi-même, la bêtise de certains profs (même si d’autres étaient vraiment très bons). Je m’ennuie à l’école et suis confronté à la solitude chez moi. Une solitude dont j’appréciais parfois les aspects positifs (ne pas avoir ses parents sur le dos est une chose exceptionnelle à l’adolescence), mais dont je subissais aussi le poids, étant totalement livré à moi-même. Alors, je dessinais.

Faire ainsi de la copie de photo me permettait de me perdre, de m’oublier, de ne penser à rien d’autre qu’aux traces que laissaient mon crayon ou mon pinceau sur le papier. Des moments de plaisir sans limites, sans bornes. Lorsqu’un dessin était réussi, j’avais une impression de félicité, non pas que je me prenais pour un grand dessinateur, je savais que ce n’était pas le cas, mais simplement le fait d’avoir fait un beau dessin, quelque chose qui pouvait vivre hors de moi, comme une prolongation de l’oubli de moi-même.


Format raisin